radiateur descelle mur creux placo

Fixer un radiateur sur mur creux ou placo

Fixer un radiateur, c’est pas si simple ? Fixer un radiateur à nouveau et au même endroit, idem ? Pas de panique, il suffit de lire ces quelques lignes…

Récapitulons :
Les fixations de votre radiateur eau chaude sont en mauvais état ? Elles s’arrachent du mur et, inéluctablement, votre radiateur en fonte (lourd) va tomber par terre.

Un conseil : prenez vos précautions
J’aimerais vous dire que ce serait bien sympa si le calvaire s’arrêtait là mais dans sa chute, ce radiateur de part son poids, peut sectionner les tuyaux de cuivre alimentation et retour.

Dans ce cas là, vous voilà donc avec toute l’eau du circuit chauffage répandu dans votre bel appartement et/ou maison (cela doit bien représenter quelques litres) et peut-être certaines pièces de votre chaufferie à changer. Bref, une calamité. Assurance, dégâts des eaux, réparations voisinage… Vous aurez droit à tout !

Alors, anticipez et procédez aux réparations. Pour se faire, il suffit de suivre les quelques indications et photos que je vous ai placé ci-dessous. Rassurez-vous rien de bien compliqué… Un peu de matos et c’est parti. On y va ? Allez, on suit le guide…

Accrocher les fixations du radiateur sur une paroi en briques creuses ou placo

La première des choses à faire va être d’acheter du matériel adapté à la situation. Bon, pour la fixation sur mur creux en briquettes ou briques sur chant, je suis parti sur une fixation au scellement chimique.

Vous trouverez des kit pour le scellement chimique vendu avec le scellement chimique, 4 tamis et 4 tiges avec écrous + rondelles chez Castorama ou tout autre grande surface.

Pour la suite, récupérez le matériel suivant : des bacs pour récupérer l’eau du radiateur, une ou deux clés à molette, des clés ALLEN ou dites clé à « six-pans », le fameux kit de scellement chimique avec ces fixations et ses tamis, un pistolet pour injecter le scellement chimique en cartouche, des bouquins pour supporter le radiateur (éh oui, système D pour le coup), un tournevis pour purger et on devrait être pas mal…

materiel-fixation-radiateur-mur-creux-placo

Le scellement chimique n’est pas la seule solution pour une cloison creuse

En effet, tout va dépendre de la nature du mur et du poids du radiateur à fixer.

Fixations sur un mur brique

Sur les photos, ma paroi est un mur de brique et mon radiateur doit bien peser autour des 50 kg à vide. De plus, je fais face à un descellement du radiateur.

Le scellement chimique est alors tout indiqué puisque auparavant les chevilles classiques n’ont pas tenues. De plus les trous de ces chevilles classiques sont à boucher.

Le scellement chimique est donc idéal pour ce type de paroi creuse. Je le conseille particulièrement dans la rénovation de maison ancienne où à l’époque, un mur de briquette permettait de séparer les murs porteurs de la maison souvent humides et froids en emprisonnant une lame d’air.

Le mur de briquette formait ainsi une enveloppe protectrice. Une boîte dans la boîte. Le truc, c’est que le mur de briquette est très peu large et que les chevilles classiques n’arrivent pas à se reposer sur cette faible largeur. Du coup, les radiateurs en fonte, lourd, se descellent du mur entraînant avec eux les chevilles.

Fixations sur un paroi placoplâtre

Cependant, si j’avais eu une paroi en placoplâtre, j’aurais pu utiliser d’autres types de fixations.

Par exemple :

– Pour une paroi en placoplâtre type BA 13 supportant radiateur jusqu’à 30 kg : fixations en chevilles molly peuvent aussi convenir,
– Pour une paroi en placoplâtre type BA 13 supportant radiateur de + de 35 kg : découper à l’endroit où l’on souhaite placer les fixations la plaque de plâtre jusqu’aux montants (là où sont vissés les plaques de placoplâtres) et fixer une planche en bois.
Dans la découpe, ajustez la plaque de plâtre découpée. Puis refaites les joints et bandes. Placez les supports de radiateur avec de la grosse vis à bois que vous ferez prendre dans la planche en bois que vous venez d’installer.

Eviter que le radiateur ne s’arrache entièrement

La première des choses à faire quand on arrive sur ce type de travaux c’est de sécuriser le radiateur.

Pour éviter qu’il ne tombe plus ou qu’il ne se descelle complètement entraînant avec lui les tuyaux de cuivre d’alimentation et de retour, je le mets sur cale.

Pour cela, je place de vieux bouquins sous le radiateur le temps de l’opération. Les livres plus fins sont en haut de la pile. J’ajuste la hauteur de ma cale en retirant ou ajoutant ceux-ci de manière à retrouver la hauteur originale avant intervention.

Je préserve ainsi les tuyaux de cuivre de la force d’arrachement du radiateur et donc de toute coupure ou casse.

cale-livre-radiateur

Maxime Chattam a eu chaud, son livre ne passera pas sous le radiateur pour servir de cale. 😉

Bref, une fois que cela est terminé passons à l’étape suivante pour fixer un radiateur.

Récupérer les anciennes fixations du radiateur

On va faire un point sur l’état des anciennes fixations du radiateur.

Certaines tiennent encore, d’autres non, peut-on les réutiliser ? Sont-elles spécialement adaptées au radiateur ?

Bon, il faut faire un bilan de ce qui est à garder ou à jeter. Pour le coup, moi, j’ai choisi de garder une fixation en bas à droite qui convenait parfaitement et de remplacer toutes les autres…

recuperation-ancienne-fixation-radiateur

Concernant les pièces, je vais garder le tampon d’ancrage (en blanc) mais virer le tirefond (la vis couleur acier) pour le remplacer par les vis qui me sont fournies avec le kit scellement chimique.

L’avantage est que j’aurais une fixation calculée de manière optimale pour fixer un radiateur même en fonte.

Fermer l’arrivée et le retour eau chaude du radiateur

Etape TRES IMPORTANTE : On va ISOLER LE RADIATEUR. Le radiateur est muni de deux robinets. Un robinet pour sélectionner la température (que vous connaissez tous) et un robinet pour régler et fermer le circuit retour qu’on appelle robinet de réglage ou coude de réglage. Ces deux robinets, en les fermant, vont nous permettre d’isoler le radiateur du reste du circuit de chauffage. Terminé, l’eau chaude ne circulera plus à l’intérieur de celui-ci.

Avant de fermer tout robinet, lisez ce qui suit

Fermer le robinet d’alimentation d’eau chaude du radiateur

Rien de bien compliqué, tournez le robinet (ici un thermostatique, ce qui ne change rien) jusqu’à le fermer.

fermeture-robinet-thermostatique

Sur ce radiateur le robinet thermostatique était positionné en pied du radiateur. Erésie quand on sait que le chaleur monte et qu’il fait toujours plus froid au niveau du sol. Du coup, on peut se poser la question de l’utilité d’un robinet thermostatique dans cette position là. Mais, nous ne sommes pas ici pour refaire l’installation. Chez vous, vous devriez trouver le robinet d’arrivée d’eau au niveau de votre bassin. Accessible sans se baisser. 🙂

Fermer le coude de réglage

Le té de réglage ou coude de réglage se ferme en plaçant une clé ALLEN dans le pas de vis. Pour y accéder, il vous faut dévisser le cache robinet (pièce plate qui bouchonne la pièce).

Mais avant ça, repérez les éventuels réglages dont votre radiateur aurait pu faire l’objet

fermeture-coude-reglage-radiateur

Attention, en effet, il y a une observation à faire. Les coudes de réglages servent à régler le débit d’eau chaude du radiateur. Il se peut que votre coude de réglage ait fait l’objet d’un réglage justement.

LA NOTION D’EQUILIBRAGE

Aussi, pour ne pas dérégler ce réglage, comptez le nombre de tours que vous faîtes jusqu’à l’obturation complète du robinet. Inscrivez au feutre noir, ce nombre de tour sur le cache du robinet de réglage (que vous avez retiré préalablement.

Ainsi, au moment de la repose du radiateur, vous pourrez retrouver les réglages du radiateur.

Pourquoi cette manipulation ? En fait, les radiateurs sont bien souvent montés en parallèles. Il faut alors procéder à un « équilibrage » des débits par le réglage des coudes pour bien répartir la chaleur.

Sans réglages, les radiateurs les plus près de la chaudière sont bien souvent les plus chauds.

Le coude de réglage va permettre de jouer sur le débit d’eau chaude pour mieux répartir la chaleur sur les radiateurs suivants. Le té de réglage, va « étrangler » le passage de l’eau, il va créer une perte de charge. On empêche alors l’eau chaude de s’engouffrer pleinement dans le premier radiateur.

Le deuxième radiateur verra son robinet de réglage moins serré et ainsi de suite jusqu’au dernier ou jusqu’au plus défavoriser par la chaleur.

Le dernier sur le réseau devrait quand à lui être complètement ouvert. En théorie, il y a des abaques. Dans la pratique, on fait au pifomètre.

Si jamais rien n’est réglé, voilà une petite astuce : le radiateur le plus défavorisé (le plus froid) sera ouvert à fond moins un tour, et le premier complètement fermé rouvert de deux tours. Entre les deux, pour les autres radiateurs, on interpole..

Voilà pourquoi, il faut compter le nombre de tours dès le début. Cela pourra éviter de refaire l’équilibrage.

Voilà, si vous avez suivi toutes ces manipulations, votre radiateur est correctement isolé. On passe à l’étape suivante.

Vidage de l’eau contenue dans les radiateurs

-> Test d’isolement du radiateur

Avant de vider, si vous n’êtes pas sûr d’avoir correctement isolé votre radiateur, faîtes ce test :

Patientez deux minutes, puis passez la main sur le radiateur. Est-ce qu’il chauffe moins par rapport aux autres radiateurs ? Est-ce que sa température est descendue par rapport aux autres radiateurs ?

Si oui, vous avez réussi.
Attendez encore pour voir si vous avez le radiateur complètement froid par rapport aux autres radiateurs.

Si il est froid par rapport aux autres radiateurs, il n’y a plus qu’à le vider…

Préparez des bacs vides. Découpez de vieux bidons (à bouts carré) de manière à pouvoir récupérer l’eau dans les endroits exigus. Je n’ai pas la technique parfaite et il y aura toujours un peu d’eau sur le sol parce que l’eau ne s’échappe jamais entièrement des radiateurs. Préparez donc un stock de papier Sopalin, chiffons et serpillères pour éponger le surplus d’eau.

-> Je commence par dévisser le robinet retour. Toujours, parce qu’il est le point le plus bas.

Donc, après avoir glisser mon bac, je commence à dévisser progressivement l’écrou entre le radiateur et le coude de réglage. ATTENTION, ne dévissez pas le coude de réglage du tuyau de cuivre ou de PER. Démontez simplement l’écrou qui sert à lier le radiateur au coude de réglage.

Dévissez PROGRESSIVEMENT de manière à contrôler l’eau qui s’échappe. De cette manière, vous pourrez resserrez l’écrou du radiateur à la main à chaque changement de bac de récupération de l’eau.

Pour faire un appel d’air et avoir un écoulement de l’eau plus rapide, vous pouvez dévisser le purgeur d’air qui se trouve sur le point haut du radiateur.

devisser-ecrou-coude-reglage-radiateur

controle-ecrou-vidage-eau-radiateurvidage-radiateur-coude-reglage

Une fois que l’eau ne s’écoule plus, dévissez le robinet thermostatique.

-> Je dévisse maintenant mon robinet thermostatique

Bon sur la photo il est en bas, mais normalement, vous devriez le trouver en haut sur le radiateur. Lorsque vous allez le dévisser, l’appel d’air va être maximal, de l’eau devrait encore s’écouler du coude de réglage. Gardez la bassine dessous pour récupérer les eaux.

devissage-ecrou-robinet-radiateur

Je laisse l’eau. Maintenant, je vais pouvoir procéder à la dépose du radiateur. Sur cette étape, bien que l’eau ne coule plus des orifices du radiateur, pendant la manipulation on va en retrouver par terre.

On va retrouver cette eau noire dite chargée qui se compose des restes de la corrosion du circuit de chauffage et qui vient reposer au bas du radiateur. Pensez donc aux serpillères.

eau-noire-chargee-residus-corrosion-systeme-chauffage

Allez, c’est bon, on a maintenant accès au mur. On va pouvoir travailler.

depose-radiateur

Mise en place des fixations au scellement chimique

Tout d’abord, on prend les mesures des fixations au dos du radiateur. On vérifie que l’emplacement des fixations va bien correspondre avec les ancrages sur le radiateurs. Oui, ce serait dommage de se tromper.

Je retire les anciennes fixations pour avoir un emplacement libre. J’agrandis si besoin à l’aide de ma perceuse et d’une mèche correspondante au diamètre du tamis fourni dans le kit de scellement chimique. Le forêt ou la mèche doit être légèrement supérieure au diamètre du tamis pour que celui-ci puisse bien rentrer dans le trou.

foret-tamis-fixation-radiateur

Allez, on sort la grosse Bertha et en avant !

percage-fixation-kit-scellement-chimique-radiateur

C’est percé ! Je vérifie si mon tamis passe bien. Le but de la manoeuvre est qu’il reste bien droit une fois placé. Il ne faut pas qu’il parte de travers, il doit rester droit. Droit, droit. Bien posé. J’adapte donc le trou en conséquence et passe plus ou moins de temps afin de réaliser un trou qui va bien.

pose-parfaite-tamis-fixation-radiateur

Ok, les trous pour mes tamis sont correctement réalisés. Maintenant, je vais ajuster les supports métalliques qui seront glissés à l’intérieur du tamis. Je teste donc avec un tamis et le support.

Je garde toujours un petit espace au fond entre ma pièce et le tamis pour scellement chimique. Ainsi, mon tamis et sa fixation seront plus résistant. Bon, c’est mon ressenti. A ce niveau là, on ajuste les pièces en vue de leur scellement dans le mur.

Ma pièce est correctement ajusté. J’ai récupéré les ancrages du radiateurs pour les présenter sur mon support. Les écrous me serviront à bloquer l’ensemble. Impeccable. Bon, je dois avouer que, des fois, ce n’est pas aussi rapide.

ajustement-tamis-fixation-scellement-chimique

Attention : selon les cartouches de scellement chimique, la cartouche peut-être composée de deux produits. C’est l’interaction, le mélange, entre les deux produits chimiques qui va créer le scellement chimique. Or, il arrive dans certains cas qu’un produit sorte avant l’autre. Donc pas de scellement chimique puisque pas de mélange. Pour éviter cela, on fait toujours couler la première pression pour constater le mélange. Ici, pas de problème, le produit contenu dans la cartouche est bien uniforme, pas de mélange demandé, on injecte.

faire-cracher-premiere-pression-kit-scellement-chimique-fixation-radiateur

J’injecte donc mon scellement chimique à l’intérieur du tamis. Au passage, j’en injecte aussi dans les anciennes chevilles que j’ai laissé, manière de solidifier l’ensemble.

injection-scellement-chimique-tamis-fixation-radiateur

Sur cette photo, on voit bien le scellement chimique passer à travers les pores du tamis. Il alors former une sorte de ciment compact qui va prendre appui, en se solidifiant, sur la paroi creuse.

envoi-scellement-chimique-fixer-radiateur

scellement-chimique-plus

remplissage-trou-scellement-chimique

Ok, maintenant que j’ai bien bourré mes tamis de scellement chimique, je referme leur capuchon. Ce capuchon est très pratique parce qu’il va me servir de guide pour placer et maintenir dans le tamis mon support métallique ou patte de fixation.

fermeture-tamis

fermeture-tamis-scellement-chimique

glissement-patte-fixation-scellemnt-chimique

fixation-scellement-chimique-terminee

Petite vue d’ensemble et on va laisser reposer. Le temps de repos est inscrit sur la cartouche. Le temps de séchage va dépendre de la température dans laquelle vous avez effectuée l’opération…

vue-ensemble-fixation-scellement-chimique-pose-radiateur

Ajustement des pattes de fixation de mon radiateur

Ok la nuit s’est écoulée, les pattes de fixations sont placées et le scellement chimique à séchés mais encore va-t-il falloir couper le surplus des tiges métalliques. En effet, les tiges de fer sont trop longues. Il me faut les couper. Pour cela, j’utilise une meuleuse avec un disque métal. Si je n’en ai pas, je fais avec une scie à métaux.

ajustement-support-tige-metal-scellement-chimique

apres-meuleuse-scellement-chimique

Pose du radiateur

Il faut reposer le radiateur. Je prépare des cales avec les vieux bouquins afin de faire reposer mon radiateur avant de le présenter sur ses nouvelles fixations. C’est un peu le système D mais si une cale lâche, il ne tombera pas sur le parquet et ne fera pas de traces. Deux précautions valent mieux qu’une.

cale-radiateur-avant-fixation

Ok, tout se passe bien, les nouvelles fixations au scellement chimique supportent le radiateur sans problèmes. Des restes d’eau m’obligent à remettre la serpillère sous les orifices des radiateurs.

presentation-fixation-radiateur

Remise ne eau du radiateur

Je connecte à nouveau le radiateur à l’arrivée et retour chauffage. Je resserre correctement à l’aide de la clé à molette.

ecrou-robinet-reglage-radiateur

Ok, j’ouvre le coude de réglage en comptant le nombre de tour que j’ai effectué pour fermer avec ma clé ALLEN. Tout ça pour le bon équilibrage de mon radiateur. L’eau se remplit à nouvea. A cette étape, je n’ouvre pas encore le robinet d’alimentation.

reglage-robinet-équerre-radiateur

J’ouvre le robinet de purge de manière à se que l’air s’échappe en même temps que l’eau remplisse le radiateur. J’ouvre d’abord le coude de réglage parce qu’en remplissant le radiateur par le point le plus bas, l’eau pousse et chasse l’air en même temps.

robinet-purge-radiateur

De l’eau s’échappe du robinet de purge, je peux le fermer, le radiateur est à nouveau remplit d’eau. J’ouvre alors le robinet d’alimentation d’eau chaude (ici le robinet thermostatique) pour que flux d’eau chaude pulsée fonctionne à nouveau.

Contrôle pression circuit de chauffage

Le circuit chauffage fonctionnant en circuit fermé, au moment du remplissage de mon radiateur, la demande d’eau a du faire baisser la pression.

Il faut alors faire une adduction d’eau pour remonter à la pression de fonctionnement d’un circuit chauffage. Je remonte depuis ma vanne d’arrivée d’eau à 1,5 bars. Je fais ce contrôle manuellement en visionnant mon manomètre de pression chauffage.

controle-pression-chauffage-central-radiateur

Ok, tout est bon, le radiateur fonctionne à nouveau et le circuit chauffage est à la bonne pression. Tout fonctionne à nouveau correctement et le radiateur ne risque plus de s’écrouler.

Voilà, j’espère que ce tuto vous a aidé et si vous avez des questions, je reste à votre disposition dans les commentaires. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *